Marine & Laurent - Le site

Accueil > Maison > Le gros oeuvre > Plancher du RDC : C’est coulé !

Plancher du RDC : C’est coulé !

dimanche 14 novembre 2004, par Laurent

Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Ce vendredi, les maçons n’ont pas fait le pont, mais nous oui, ce qui nous a permis de suivre en direct la coulée du plancher du rez-de-chaussée.

Une palpitante aventure !

En effet, notre plancher est constitué de poutrelles et hourdis posés sur les murs de 1m40 du vide sanitaire. Le maçon a semble-t-il l’habitude de poser des planchers sur vide sanitaire sans étais (avec un type de poutrelles différentes, plus résistantes). Or nos poutrelles sont conçues pour êtres posées avec des étais lors de la coulée. Un malentendu, et hop... pas d’étais sous nos poutrelles, je n’avais pas pris le soin de vérifier, de même que l’information présente sur le plan de pose concernant la présence de lignes d’étais sous certaines poutres n’a sauté aux yeux de personne.

Première coulée

Toujours est-il que l’on commence à couler le premier mètre cube de béton sur le fond du garage. Bernard, le père de Marine, évoque la présence des étais sur le plan de pose et leur étonnante situation sur le terrain (en tas contre le mur du voisin...) quand SBROUTFLTCH ! Deux rangées de hourdis au fond du garage descendent d’un étage ! (1m40) Heureusement, personne dessus, la poutrelle a cassé après le passage du chef d’équipe qui dirigeait le jet de la pompe.

Bilan provisoire

la poutrelle du fond du garage a cassé en son milieu sous le poids du béton coulé. On stoppe tout, et on réfléchit.

Il n’est pas temps de chercher les responsabilités, il faut faire vite, encore 7m3 de béton dans la toupie qui ne peuvent attendre que 2h au maximum.

Karim, le chef d’équipe part en trombe cherche des madriers, car nous ne disposons pas d’étais assez courts pour soutenir les poutrelles situées à 1m40 du sol.

Le sauvetage

De notre côté, avec les deux ouvriers, nous ressortons le plus gros du béton tombé dans le vide sanitaire, nous remercions le ciel de pouvoir réutiliser un poutre située à l’autre extrémité du garage, presque sur le mur, qui pourra être remplacée par un coffrage ! Nous la mettons en place, replaçons les hourdis tombés (encore un avantage des hourdis plastiques !) coffrons le trou laissé par le poutre déplacée avec des planches, et replaçons le treillis soudé.

Pendant ce temps, j’envoie mon père chercher une lampe à gaz en prévision de la mise en place en urgence des étais dans le vide sanitaire (y a pas encore l’électricité et c’est noir là dedans !) On y ajoute ma super frontale Décathlon... quadruple diodes... Lampe électrique : super pratique...

Karim revient avec les madriers, on descend tout dans le vide sanitaire (Quelle bonne idée ces trous d’homme de 80x80 !) Les deux ouvriers et le chef d’équipe, ma frontale sur la tête, étayent la garage et la zone du fond de la maison, pour qu’on puisse couler au plus vite le béton de la toupie qui attend toujours.

Enfin, on peut verser la fin de la toupie. Pendant ce temps, Karim et moi lissons ce qui a été coulé. Les deux ouvriers mettent en place les madriers sous L’avant de la maison. Merci au conducteur de la pompe qui nous a bien aidé !

On attend la deuxième toupie... Qui arrive finalement juste quand le dernier madrier est posé !

Ouf !

La fin de la coulée se déroule sans problème (je vous fais grâce de la perte du téléphone portable du conducteur de la pompe dans le vide sanitaire, puis finalement retrouvé...)

Finalement, tout est fini. La pompe n’est restée qu’une heure de plus par rapport à ce qui était prévu. Cela devrait coûter environ 150€ supplémentaires, nous verrons qui prendra ce surcoût en charge une fois que les responsabilités auront été établies, même s’il est symbolique par rapport au coût global.

Épilogue...

L’important pour nous, c’est que finalement le plancher soit coulé. tout le monde a fait son maximum pour que tout se finisse bien. Même si j’ai une dent contre le maçon pour ne pas avoir mis les étais, je remercie sincèrement Karim et son équipe pour le sauvetage du plancher !

Promis, la prochaine fois, on vérifie les étais, et plutôt deux fois qu’une !

Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais...

Portfolio

Messages